VIH chez les femmes : spécificités, facteurs de risque, prévention et prise en charge médicale

8 minutes de lecture
Par le passé, les consultations VIH étaient majoritairement masculines et concernaient principalement des personnes homosexuelles, mais l’épidémie du SIDA s’est aujourd’hui féminisée. Quelles sont les spécificités et les conséquences du VIH féminin par rapport aux hommes ? Quels comportements sont à risque de transmission du VIH chez la femme ? Qu’en est-il pour la santé reproductive ? Quels sont les traitements actuels, comment fonctionnent-ils, et quels sont les moyens de prévention du VIH ? Nos conseillers M comme Mutuelle abordent le sujet de la sensibilisation sans stigmatisation.
< Retour au magazine

Les spécificités (et inégalités) du VIH chez les femmes

Chaque semaine, environ 7 000 jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont infectées par le VIH à travers le monde. Des chiffres encore élevés qui varient selon la géolocalisation.

 

Statistiques du VIH chez les femmes et disparités mondiales

À l’échelle mondiale, les femmes représentent 52% des 39 millions de personnes vivant avec le VIH selon l’organisme Aides. Par ailleurs, le SIDA demeure la première cause de mortalité chez les femmes âgées de 15 à 44 ans.

En Afrique subsaharienne, les femmes et les jeunes filles représentent 59% des nouvelles infections par le VIH avec une majorité de femmes séropositives en Afrique du Sud (4,8 millions), au Mozambique (1,4 million), en Tanzanie et au Nigeria (1 million).

En ce qui concerne la France, les femmes découvrent leur séropositivité encore trop tardivement : entre 25 et 49 ans pour 70% des cas et après 50 ans pour 15% d’entre elles[1]. Le dépistage précoce – ou suite à un risque – reste (aussi) un des meilleurs moyens de prévention.

 

VIH féminin : différences biologiques et risques accrus

Femme VS homme, nous ne sommes malheureusement pas égaux. Selon l’OMS, les femmes sont plus susceptibles d’être infectées par le VIH lors de n’importe quel genre de rapports sexuels que les hommes en raison de facteurs biologiques.

Dus à la superficie des muqueuses féminines, et de possibles microdéchirures des tissus du vagin, les risques de transmission du VIH d’un homme vers une femme sont environ deux fois plus élevés que dans l’autre sens.

 

VIH au féminin : facteurs de risque et causes

Quels sont les facteurs socio-économiques liés au Sida ? Quels sont les comportements à risque face au VIH ?

 

Les comportements à risque face au VIH

Les femmes ne sont pas toujours en position de négocier… Et pourtant, lors de chaque rapport sexuel – bucco-génital compris – la contraception n’est pas négociable. Demander à mettre un préservatif, parler de sexualité et de prévention ne doit pas être tabou.

Un risque de transmission au VIH peut survenir lors :

  • d’une relation sexuelle non protégée
  • d’une rupture/un glissement de préservatif
  • d’un partage de seringue/matériel de sniff lors de consommation de drogue

Bon à retenir : suite à un comportement à risque, un Traitement Post Exposition (TPE) peut être donné dans un centre VIH. Il doit être pris au plus vite, puisqu’au-delà de 72h, il ne sera plus efficace.

 

Les femmes “socialement” plus exposées au VIH

Plus de la moitié des personnes infectées par le VIH sont des femmes. Ce chiffre est renforcé par un ensemble de domination de genre qui augmente les risques encourus par les femmes de contracter le virus.

Avec un accès à l’éducation – y compris sexuelle – plus limité que pour les hommes, des situations sociales précaires et une plus grande exposition à des violences, les femmes font face à plus de situations à risque.

 

Les conséquences du SIDA dans la vie d’une femme

Quel est l’impact d’une infection par le VIH pour la santé physique et reproductive, particulièrement sur la population féminine ?

 

Les symptômes du VIH et les différents stades de la maladie

Après une contamination par le VIH, certaines personnes séropositives peuvent développer des symptômes au stade de la primo-infection comme :

  • de la fièvre
  • des diarrhées
  • une grande fatigue
  • des malaises
  • un amaigrissement
  • des ganglions gonflés
  • des éruptions et/ou des infections cutanées
  • des ulcérations au niveau de la bouche ou des muqueuses génitales

Note importante : le dépistage reste le seul moyen de savoir avec certitude si vous êtes infectée par le VIH (après 6 semaines par une prise de sang et après 3 mois par un autotest – ou un test rapide – suite à une exposition à risque).

Sans traitement médical, le VIH va continuer à se développer et à contaminer toutes les parties du corps. Il va lentement détruire le système immunitaire et rendre l’individu vulnérable aux maladies opportunistes qui peuvent être mortelles. C’est le stade le plus avancé de l’infection au VIH, la maladie du SIDA.

 

L’impact du VIH sur la santé reproductive des femmes

La grossesse n’aggrave pas l’évolution de l’infection par le VIH. Le risque principal est la transmission du virus de la mère à l’enfant (vertical). Cette transmission peut heureusement être prévenue (à 99%) via des traitements antirétroviraux (TasP) pris régulièrement et une surveillance médicale appropriée. L’objectif est de maintenir la quantité de VIH dans le sang de la mère (sa “charge virale”) à un niveau indétectable tout au long de la grossesse et de l’accouchement.

Nota Bene : il est parfois nécessaire de retarder la grossesse en cas de maladie aiguë, de maladie chronique sévère ou lorsque le traitement contre le VIH ne suffit pas à faire baisser la quantité de virus dans le sang de manière suffisante.

 

VIH féminin : stigmatisation et discrimination

L’infection par le VIH ne devrait plus être un frein à la réalisation de projets de vie tels que la sexualité et la maternité. À travers une approche médicale globale et un suivi adapté, les femmes séropositives peuvent s’épanouir dans leur vie sexuelle via une contraception adaptée, et même enfanter sans risque de transmission afin de protéger leur nourrisson.

 

Les moyens de prévention du VIH chez la femme

En plus du dépistage, quels sont les outils mécaniques et médicamenteux pour se prémunir du VIH quand on est une femme ?

 

Un simple geste peut protéger du VIH : préservatif, PrEP et TasP

La PrEP (Prophylaxie pré-exposition) est un traitement préventif à prendre tous les jours et qui offre une protection contre le VIH aussi fiable qu’un préservatif. Cette prévention supplémentaire complète l’éventail d’outils de réduction des risques déjà disponibles comme le préservatif et le TasP (Traitement comme prévention).

 

Bon à retenir : une personne séropositive sous traitement TasP, et avec une charge virale indétectable depuis 6 mois, ne transmet plus le virus.

 

Le dépistage du VIH chez les femmes

La prévention par le dépistage est un excellent outil pour limiter la propagation du VIH et préserver sa santé. Le dépistage permet de connaître son statut sérologique et d’accéder à un traitement adéquat. Un traitement efficace est aussi un moyen de prévention : il sauve des vies et prévient la transmission.

Plusieurs études et modélisations affirment que si toutes les personnes séropositives étaient dépistées et traitées, on assisterait à la fin de la transmission du VIH d’ici 2050.

Nota bene : pour trouver le centre de dépistage le plus proche, rendez-vous sur l’annuaire de Sida Info Service ou contactez directement les équipes au 0 800 840 800 (appel gratuit).

 

Avancées et prise en charge médicale du VIH féminin

Quels sont les risques d’une infection au sida pour la santé des femmes ? Quels sont aujourd’hui les traitements possibles du VIH pour la femme ?

 

VIH chez la femme : l’importance du suivi médical et traitement

Une femme séropositive doit particulièrement être prise en charge et suivie en gynécologie ainsi qu’en proctologie pour prévenir les cancers du canal anal. Plus à risque de contracter des infections bactériennes et parasitaires, une femme atteinte par le VIH a aussi plus de probabilité de développer une :

Le traitement de référence est une thérapie antirétrovirale qui consiste à associer deux ou trois médicaments, voire plus. Elle ne guérit pas l’infection, mais empêche la prolifération du virus dans l’organisme et permet au système immunitaire de se renforcer.

Bon à savoir : seuls 35% des personnes traitées à l’heure actuelle gardent un taux de CD4 (lymphocytes) inférieur à 500/mm3 (diagnostic précoce), et il faut des années pour qu’un patient à un stade avancé parvienne à ce taux. En revanche, lorsque le traitement est démarré suffisamment tôt, et que le taux de CD4 est restauré, l’espérance de vie semble équivalente à celle de la population générale.

 

Les avancées médicales envers le VIH féminin

À ce jour, aucune guérison n’est malheureusement possible. Les patients vivent avec le VIH en eux. Selon les dernières publications de l’INSERM, l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites suit plus de 5 000 personnes touchées par le VIH en France. Leur rôle est d’étudier le virus, son évolution, et de proposer de nouvelles stratégies thérapeutiques telles que :

  • un vaccin préventif anti-VIH : depuis 1980, les essais se poursuivent (malgré les échecs) via l’ARN messager aujourd’hui
  • un vaccin thérapeutique : pour stimuler le système immunitaire contre le virus afin de maintenir durablement la charge virale du patient au niveau le plus bas possible
  • le complexe HUSH : afin d’éliminer les réservoirs de virus dormants chez les personnes séropositives
  • une thérapie cellulaire : pour greffer des cellules immunitaires résistantes à l’infection
  • les VIH contrôleurs : les chercheurs tentent d’identifier les mécanismes qui permettent à ces personnes de résister au virus spontanément ou après interruption d’un traitement

 

Les femmes ne connaissent pas assez leur exposition particulière au risque de contamination du VIH et des IST. Il est essentiel de les informer, de les sensibiliser et de les protéger face à l’épidémie de SIDA.

[1] Source vih.org

Agenda M comme Mutuelle

Stimulez votre mémoire à Saint-Omer le 12 avril

Vendredi 12 avril, M comme Mutuelle vous propose un atelier pour prendre soin de vos neurones et stimuler votre mémoire avec notre partenaire DYNSEO.
Au programme : - Jeux cognitifs et culturels sur tablette (matériel fourni) - Conseils personnalisés pour préserver votre mémoire - Une surprise vous attend à la suite de l'atelier. Rendez-vous dans votre agence M comme Mutuelle de Saint-Omer, 32 rue des Clouteries. Inscrivez-vous !

Stimulez votre mémoire à Dunkerque le 16 avril

Mardi 16 avril, M comme Mutuelle vous propose un atelier pour prendre soin de vos neurones et stimuler votre mémoire avec notre partenaire DYNSEO.
Au programme : - Jeux cognitifs et culturels sur tablette (matériel fourni) - Conseils personnalisés pour préserver votre mémoire - Une surprise vous attend à la suite de l'atelier. Rendez-vous dans votre agence M comme Mutuelle de Dunkerque, 5 rue Clémenceau. Inscrivez-vous !

Stimulez votre mémoire à Lille le 18 avril

Jeudi 18 avril, M comme Mutuelle vous propose un atelier pour prendre soin de vos neurones et stimuler votre mémoire avec notre partenaire DYNSEO.
Au programme : - Jeux cognitifs et culturels sur tablette (matériel fourni) - Conseils personnalisés pour préserver votre mémoire - Une surprise vous attend à la suite de l'atelier. Rendez-vous dans votre agence M comme Mutuelle de Lille, 118 rue nationale. Inscrivez-vous !

Stimulez votre mémoire à Rouen le 26 avril

Vendredi 26 avril, M comme Mutuelle vous propose un atelier pour prendre soin de vos neurones et stimuler votre mémoire avec notre partenaire DYNSEO.
Au programme : - Jeux cognitifs et culturels sur tablette (matériel fourni) - Conseils personnalisés pour préserver votre mémoire - Une surprise vous attend à la suite de l'atelier. Rendez-vous dans votre agence M comme Mutuelle de Rouen, 91 rue Jeanne-d'Arc. Inscrivez-vous !