Comment faire bon usage des médicaments ?

Les médicaments ne sont pas des produits de consommation ordinaires. Ils contiennent des principes actifs destinés à prévenir, à détecter ou à traiter des maladies. Ils agissent donc sur l'organisme et leur usage n'est pas anodin. Mal utilisé, un médicament peut être inadapté, inefficace et même dangereux. M comme Mutuelle vous rappelle comment faire un usage raisonné et sûr des médicaments.

Usage de médicaments : mise en garde et bonnes pratiques

Une mauvaise utilisation des médicaments, qu’ils soient prescrits sur ordonnance ou conseillés par votre pharmacien, peut provoquer des accidents graves. Voici nos conseils pour les éviter. 

 

Des accidents encore bien trop nombreux

Dans un secteur très réglementé et contrôlé, ce sont les erreurs faites par les utilisateurs de médicaments qui provoquent le plus souvent les accidents. Mauvais dosage, erreur de prise, traitement mal suivi, automédication, interaction néfaste avec d’autres médicaments ou d’autres substances, telles que drogue, alcool et cigarette ou encore mésusage… Les causes d’accidents sont multiples et leurs conséquences peuvent être très lourdes.

Les derniers chiffres (étude mars 2018 du Collectif Bon Usage du Médicament) font état de plus de 130 000 hospitalisations par an et de 10 000 décès directement liés à une mauvaise utilisation des médicaments. Les personnes âgées sont les plus concernées par ces événements. En cause, les polymédications qui augmentent les oublis et les interactions néfastes. Pourtant, avec une meilleure connaissance des risques potentiels et une vigilance accrue, ces incidents pourraient être évités dans la plupart des cas.

En respectant les bonnes pratiques et en faisant un usage prudent, réfléchi et conscient des médicaments, vous devenez acteur de votre bien-être. Vous protégez votre santé et celle de vos proches.

 

Faites confiance aux professionnels de santé

Votre médecin ou votre pharmacien sont des professionnels formés à l’usage des médicaments. Ils sont les seuls à pouvoir les prescrire ou les recommander et à délivrer des informations exactes et actualisées. Ne vous fiez pas aux conseils donnés par des proches, même s’ils partent d’une bonne intention. Les traitements sont personnalisés et adaptés à votre pathologie et à vos particularités : âge, poids, antécédents… Ne prenez pas de médicaments qui ne vous sont pas destinés. De la même manière, ne donnez jamais vos médicaments à une tierce personne. Vous pouvez la mettre en danger en occasionnant des effets secondaires ou des interactions médicamenteuses.

Attention également aux conseils donnés sur Internet via les forums. La majorité des personnes qui commentent en ligne ne sont pas des professionnels de santé. On trouve parfois des explications valables et parfois des interventions plus que farfelues.

Quant à l’automédication, elle ne doit concerner que des maux connus et bénins et sur de courtes durées. En cas de doutes ou de symptômes prolongés ou aggravés, consultez votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien.

Ne consommez pas d’alcool, ni de drogue avec vos médicaments. Ne détournez pas non plus l’usage de comprimés pour une consommation récréative.

Mesdames, soyez prudentes en cas de grossesse ou si vous allaitez : validez toujours la prise d’un traitement avec un professionnel.

En cas d’apparition d’effets indésirables suite à la prise d’un médicament, stoppez-le immédiatement dans l’attente d’un avis médical, et prévenez votre médecin traitant.

 

Lisez les notices et conservez les emballages

Lisez attentivement les notices, ainsi que les mentions présentes sur les emballages des médicaments. Toutes les informations utiles à leur bon usage s’y trouvent.

Parmi elles :

  • la voie d’administration ;
  • la posologie ;
  • la liste des substances actives ;
  • les précautions d’utilisation et les mises en garde (alimentation, grossesse, conduite de véhicules…) ;
  • les contre-indications et les éventuels effets secondaires ;
  • les interactions possibles avec d’autres médicaments ;
  • la conservation…

Sur l’emballage, se trouvent également les éléments de fabrication et de traçabilité (laboratoire, numéro de lot, date de péremption…) essentiels à leur identification.

Nous vous conseillons de laisser les médicaments dans leur emballage d’origine (sur lequel figure par ailleurs la date limite d’utilisation, car les médicaments périment eux aussi !) et de garder les notices pour pouvoir les relire en cas de besoin. L’ordonnance, quant à elle, ne doit pas être jetée avant la fin du traitement.

 

N’achetez que des médicaments autorisés

Un médicament autorisé, c’est un médicament qui a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

L’AMM garantit aux consommateurs la qualité pharmaceutique du produit, sa sécurité et son efficacité. Pour des questions de sécurité sanitaire et de protection des utilisateurs, le process d’autorisation de mise sur le marché est long et rigoureux. Après une première étape administrative, pas moins de 4 phases d’essais cliniques sont nécessaires. La durée moyenne d’une AMM est de 210 jours, même s’il existe des procédures accélérées en cas de nécessité. L’AMM est attribuée pour une durée de 5 ans renouvelable. S’ensuit une période de pharmacovigilance pendant laquelle l’ANSM poursuit sa surveillance du médicament à grande échelle. Elle s’autorise le droit de le retirer du marché en cas de problème : effet thérapeutique peu convainquant ou composition non conforme à celle annoncée au départ par le fabricant, par exemple.

Aucun médicament n’est censé être commercialisé sans un numéro d’AMM. Vous le retrouvez facilement sur l’emballage avec la mention :  » Médicament autorisé n° …. ».

Nous vous recommandons de ne pas acheter vos médicaments hors des circuits légaux pour éviter les contrefaçons ou les falsifications. Le marché noir est un business juteux pour les trafiquants, mais constitue une réelle menace pour votre santé. Les faux médicaments échappent au contrôle des autorités. Il existe de nombreux médicaments contrefaits et tous représentent un danger : mélanges inefficaces ou toxiques, origines douteuses, fausses étiquettes, composition hasardeuse… Sans compter qu’acheter des médicaments de contrebande est totalement illégal.

La vente de médicaments sur Internet est également très réglementée. Ne sont autorisés à la vente que les médicaments en libre accès, c’est-à-dire ceux qui ne nécessitent pas d’ordonnance. Les sites de vente en ligne doivent être soumis à autorisation des agences régionales de santé (ARS) et uniquement proposés par des pharmaciens qui détiennent une officine physique. L’ordre national des pharmaciens tient à jour la liste des sites autorisés. Consultez-la  avant tout achat de médicaments en ligne.

 

Médicaments : comment bien les conserver ?

Traitements en cours, trousse à pharmacie pour les bobos du quotidien, anciennes boîtes entamées… Nos armoires regorgent de nombreux médicaments. Voici nos conseils pour bien les conserver et éviter qu’ils ne s’altèrent et ne deviennent impropres à la consommation.

 

À la température indiquée sur la notice

En général, il est conseillé de stocker ses médicaments à température ambiante, dans un endroit sec et à l’abri de la lumière. Mais certains médicaments ont des consignes de conservation différentes et doivent être mis au réfrigérateur. C’est le cas de certains antibiotiques une fois reconstitués ou des vaccins, par exemple. Le mieux, c’est de lire la notice pour éviter les erreurs. Le respect des conditions de stockage garantit l’efficacité du traitement et la bonne tenue dans le temps. Si vous avez un doute sur le fait qu’un médicament ait été mal conservé, évitez de le consommer.

 

Dans les boîtes d’origine

Comme vu plus haut, les médicaments se conservent dans leurs boîtes avec les notices. Vous retrouverez plus facilement toutes les informations utiles si vous devez les réutiliser. Pensez à faire régulièrement le tri pour vous débarrasser des médicaments périmés. Ils ne sont plus efficaces et pourraient même se révéler toxiques à l’usage. Attention, ne jetez pas les médicaments directement à la poubelle. Amenez-les à votre pharmacien qui saura les recycler selon la législation en vigueur.

 

Hors de portée des enfants

Les médicaments sont dangereux pour les enfants. Pour éviter les accidents, rangez-les en hauteur et dans une armoire fermée à clé. Séparez bien les traitements réservés aux adultes de ceux des enfants. Ne laissez jamais un enfant, même habitué, prendre un cachet sans surveillance.

 

Dans un contenant adapté pour les vacances

Si vous partez en congé et que vous emportez avec vous une trousse à pharmacie, ayez les mêmes réflexes de conservation qu’à la maison. Les médicaments n’aimant pas les fortes chaleurs, nous vous recommandons de ne pas les faire voyager dans le coffre de la voiture, mais plutôt avec vous dans l’habitacle. Un petit sac isotherme réfrigéré ou non, selon le type de médicaments, fera l’affaire pour les mettre à l’abri pendant le trajet.

Si vous prenez l’avion, le mieux est de prendre vos traitements essentiels en cabine pour éviter les trop grandes variations de température et les avoir à portée de main. N’oubliez pas de bien vous renseigner sur les règles de la compagnie aérienne et du pays d’accueil si vous voyagez à l’étranger pour tout ce qui concerne la détention et le transport de médicaments (une ordonnance sera le plus souvent nécessaire). Cela vous évitera qu’on ne vous les confisque au contrôle de sécurité.


M comme Mutuelle s’engage à vos côtés pour une meilleure connaissance des règles en matière d’usage de médicaments, et pour vous guider dans la prévention de votre santé. Retrouvez tous nos conseils prévention lors de nos ateliers et autres actions prévention près de chez vous et sur notre magazine d’actualités prévention en ligne.