La prise en charge médicale du handicap

7 minutes de lecture
La journée internationale du handicap se tiendra le 3 décembre prochain. En 2021, c’est 730 000 français considérés comme handicapés selon une étude de la CNSA. Le handicap peut regrouper plusieurs pathologies, être reconnu à différentes échelles, et selon plusieurs symptômes, tout en tenant compte de la dépendance qu’il crée. Alors, comment définir un handicap - moteur, mental, psychique ? Quel accompagnement mettre en place ? Quel parcours de soins adopter ? Quels sont les dispositifs de prise en charge et les aides financières possibles ? Voici notre tour d’horizon pour vous aider à y voir plus clair sur le handicap et vous orienter vers un parcours de santé adapté !
< Retour au magazine

Les handicaps et les affections longue durée (ALD)

Il est parfois difficile de comprendre et reconnaître ce qu’est le handicap, comment le définir. Doit-il être lié à une maladie à proprement dit ? Tentons d’expliquer et de différencier les cas de déficience pour les individus reconnus comme invalides.

 

Handicap, invalidité, dépendance : faire le point

Sans parler de gravité, de raison ou bien d’hérédité, le handicap pourrait s’expliquer par une déficience, pouvant engendrer une perte d’autonomie et donc la dépendance d’autrui. Autrement dit, le handicap s’apparente à l’altération des fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques chez une personne. Les affections longue durée (ALD, telle qu’une maladie dégénérative) peuvent en être une des causes ou bien le résultat d’un handicap.

Mais comment le handicap est-il reconnu chez un individu ?

Si nous nous attardons sur la définition de l’OMS, le handicap concerne toute personne “[…] dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouvent compromises.”

 

Les handicaps reconnus par la Sécurité sociale

Le handicap regroupe plusieurs pathologies, visibles et/ou invisibles. Il peut résulter d’une maladie (comme le cancer) et engendrer différents troubles, comme mentionné plus tôt, les ALD peuvent être la conséquence du handicap.

Même si le diagnostic peut s’avérer complexe, et nécessitera toujours l’avis médical d’un professionnel de santé.

La Sécurité sociale a recensé les différents handicaps en 6 catégories :

  • mental (déficience intellectuelle),
  • sensoriel (troubles auditifs, visuels…),
  • moteur (limitation de certaines fonctions physiques),
  • psychique (symptômes liés à la pensée),
  • cognitif (difficultés à intégrer, acquérir, voire traiter les informations),
  • polyhandicap (expressions et symptômes multiples).

 

La prise en charge médicale du handicap

Comme dit plus tôt, notre pays reconnaît et considère le handicap à travers plusieurs critères, mais régit surtout ce statut par un texte de loi. Découvrons comment s’articulent les différents parcours de soins et à travers quelles institutions ils sont menés.

 

Zoom sur la feuille de route MDPH 2022, la loi Handicap

Pour favoriser l’accès aux soins, l’inclusion des personnes handicapées et renforcer les aides apportées aux familles, l’Etat a missionné diverses institutions comme la Maison Départementale pour les Personnes Handicapées (MDPH) via un plan d’action.

L’accès aux soins pour les personnes en situation de handicap a été renforcé par un avenant à la Convention médicale, signé le 30 juillet 2021. Le gouvernement en fait donc une de ses priorités.

 

Plusieurs réformes et textes de loi facilitent, par exemple, l’ouverture des droits aux individus invalides ou encore le soutien apporté aux aidants.

De nombreuses directives ainsi que des projets ambitieux régissent donc la feuille de route pour cette année comme :

  • la numérisation des services (facilite l’accès aux informations, recense les structures d’accompagnement, raccourcit les délais de traitement des dossiers, encourage l’engagement administratif des personnes touchées par un handicap…)
  • le renforcement des aides financières (déploiement des droits sans limitation de durée, amélioration de la prestation de compensation du handicap – PCH…)
  • l’encadrement et l’action du personnel soignant (missions d’appui opérationnel, cadre juridique établi, programmes de formation pour les professionnels…)

L’objectif global du gouvernement est de promouvoir les dispositifs de maintien en milieu ordinaire qu’ils soient matériels, financiers et humains.

 

Point sur les prestations de la Sécurité sociale

S’ajoutent aux précédentes aides d’autres prestations de soutien aux personnes touchées par un handicap ou à leur famille :

  • l’allocation adulte handicapé (AAH)
  • les indemnités journalières en cas de contrat de travail à temps partiel
  • la prise en charge des soins et appareils médicaux
  • la prise en charge de l’aide à la personne (à domicile)
  • l’assurance volontaire invalidité, vieillesse et veuvage
  • le dispositif “HELP” pour les travailleurs indépendants

NB : La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) est l’organisme de référence qui décide des droits de la personne handicapée.

 

Récapitulatif des aides financières

Les aides sont nombreuses, cumulables, et accordées en fonction de la situation de chacun. On peut donc s’y perdre dans tous ces acronymes et démarches ! Retenons-les dans les grandes lignes et surtout, que de se rapprocher des services compétents est la meilleure solution.

  • la prestation de compensation du handicap (PCH)
  • l’allocation adulte handicapé (AAH)
  • la majoration pour la vie autonome (MVA)
  • l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI)
  • l’aide sociale à l’hébergement (ASH)
  • le congé du proche aidant et allocation journalière du proche aidant (AJPA)
  • l’allocation journalière de présence parentale (AJPP)
  • l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)

NB : D’autres aides peuvent aussi être accordées pour l’aménagement du logement, les déplacements et l’aide-animalière.

 

Focus sur les handicaps selon les âges

Terminons sur la reconnaissance du handicap chez les enfants et les seniors. Quelles sont les principales démarches à effectuer selon l’individu concerné et les aides possibles pour tous.

 

Zoom handicap et enfants

Comme pour les adultes, c’est toujours la CDAPH qui est chargée de reconnaître le handicap. L’essentiel est donc de se tourner vers la MDH la plus proche de chez vous afin de débuter les démarches.

Les aides financières pouvant se cumuler sont : AEEH, PCH et AJPP.

Côté enseignement, l’enfant peut être entouré pour effectuer sa scolarité (auxiliaire, matériel adapté…) et être inscrit dans une unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis) ou dans un établissement régional d’enseignement adapté (Erea) de la primaire jusqu’au lycée. En études supérieures, c’est le service dédié de l’établissement qui prendra alors le relais.

NB : des mesures de protection pour les mineurs sont aussi applicables dans le cas où les parents ne seraient plus en mesure de le faire.

 

Zoom handicap et personnes âgées

Les personnes âgées de plus de 60 ans peuvent bénéficier d’une aide particulière appelée APA (allocation personnalisée d’autonomie), mais qui ne peut pas se cumuler avec l’APH. On parle souvent de choix entre ces deux indemnités lorsque le handicap touche un individu dans une tranche d’âge plus avancée.

Notez également que l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) peut être versée mensuellement par le Carsat aux retraités résidant en France et ayant de faibles ressources.

Enfin, le versement de l’ASH (aide sociale à l’hébergement), peut être recalculé si l’obligation alimentaire s’applique. Cette particularité consiste à aider matériellement des membres de sa famille dans le besoin, comme envers nos grands-parents. Après étude, le conseil départemental peut mettre à contribution les obligés alimentaires pour financer une partie des frais de maison de retraite.

NB : l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) remplace désormais l’ancienne appellation du “minimum vieillesse”.

 

Webinaire d’information avec notre partenaire Deuxièmeavis

Parce que M comme Mutuelle est aussi à vos côtés pour vous simplifier la santé, nous vous invitons au webinaire proposé par notre partenaire médical deuxiemeavis.fr sur l’accompagnement du handicap.

 

A l’occasion de la journée mondiale des personnes handicapées célébrée le 3 décembre, notre partenaire deuxiemeavis.fr vous propose d’assister à son webinaire sur le thème « Handicap & troubles du comportement. Comment accompagner les patients et leur famille ? ».

Celui-ci aura lieu le jeudi 1er décembre de 18h à 19h.
Deux intervenants d’exception prendront la parole pendant une heure et répondront à vos questions en live :

  • Le docteur Djéa SARAVANE, médecin de l’Association Handidactique. Ses domaines d’expertise se concentrent autour de l’autisme, des troubles du spectre autistique, de la santé mentale, du polyhandicap et du handicap génétique rare.
  • Le Professeur Eric WILLAYE, Docteur en psychologie et Directeur Général de la Fondation SUSA (Service Universitaire Spécialisé pour personnes avec Autisme).

 

Inscrivez-vous (participation gratuite) : https://app.livestorm.co/deuxiemeavis-1/les-troubles-du-comportement-chez-la-personne-dyscommunicante?type=detailed