Cancers pédiatriques : tous informés, tous mobilisés

Le cancer chez l’enfant est une maladie rare souvent inévitable et difficilement dépistable . Chaque année, en France, 2500 enfants et adolescents déclarent un cancer et 500 en meurent. Un chiffre encore trop élevé pour des cancers souvent mal connus et reconnus. Plus que jamais, la recherche et l’accès à l’innovation sont essentiels. Dans le cadre de Septembre en or 2022, mois international des cancers de l’enfant soutenu par la Ligue contre le cancer, M comme Mutuelle fait le point.

Les cancers pédiatriques en quelques mots

En France, les cancers pédiatriques sont diagnostiqués chaque année chez 1700 enfants de moins de 15 ans et 800 adolescents de 15 à 18 ans.

 

Définition des cancers pédiatriques

Le cancer résulte d’une croissance et d’une division anarchiques des cellules, qui s’installe dans une partie du corps et peut se propager dans une autre. Les cancers pédiatriques touchent spécifiquement les enfants et les adolescents de la naissance jusqu’à leurs 18 ans. Ce sont des maladies assez rares regroupant plus de 60 types de cancers différents. Ils touchent essentiellement le système nerveux central, le sang et les tissus osseux et mous.

 

Quelles sont les évolutions des cancers pédiatriques ?

C’est souvent la première question que l’on se pose à l’annonce du diagnostic. Même si le cancer reste la deuxième cause de mortalité chez les moins de 15 ans après les accidents, les progrès de la médecine – et l’avancée de la recherche- augmentent le taux de survie. D’après l’institut Curie, 8 enfants sur 10 guérissent du cancer. Pour certains cancers comme celui de la rétine, il atteint presque 100% de guérison. L’institut national du cancer va même plus loin :

  • Pour les enfants, la survie globale est estimée à 92 % à 1 an et à 82 % à 5 ans, tous types de cancers et tous âges confondus ;
  • Pour les adolescents, la survie globale est estimée à 94,5 % à 1 an et 81,8 % à 5 ans.

 

Les cancers pédiatriques en France

D’après les statistiques de l’institut Curie :

  • 1 enfant sur 440 développera un cancer avant l’âge de 15 ans
  • La moitié des cancers pédiatriques survient avant l’âge de 5 ans.
  • Les cancers des enfants augmentent de 1 à 2% par an en Europe depuis 30 ans

 

Les spécificités des cancers pédiatriques

Le cancer pédiatrique n’est pas un cancer comme les autres : souvent spécifique à l’enfance, il a sa propre évolution. Plus rare, il ne représente que 1 à 2% de l’ensemble des cancers.

 

En quoi les cancers pédiatriques sont-ils différents ?

Le cancer pédiatrique n’a rien à voir avec le cancer de l’adulte. Les formes anatomiques des cancers pédiatriques sont bien particulières :

  • Chez l’adulte, on trouve principalement des carcinomes, qui se développent à partir de tissu comme la peau. Chez l’enfant, ce type de cancer est très peu fréquent et on trouve principalement des lymphomes et des tumeurs embryonnaires.
  • Chez l’adulte, les principaux cancers touchent les poumons, le sein ou la prostate. Chez l’enfants, ils touchent principalement le sang (leucémie), le système lymphatique et les organes et tissus en développement.

 

Une cause bien différente des adultes

La recherche a clairement identifié les causes des cancers des adultes, comme l’alcool, le tabac, les produits toxiques, les virus… Encore une fois, les cancers pédiatriques ne font pas comme les autres et leurs causes ne sont pas clairement identifiables. Un mauvais fonctionnement des processus du développement, une prédisposition génétique, une infection, une exposition environnementale… sont autant de causes possibles, mais non avérées.

 

Cancers pédiatriques : pourquoi sont-ils différents ?

Les enfants et adolescents sont en pleine croissance. À ce titre, les cancers pédiatriques se développent également beaucoup plus vite : les tumeurs peuvent avoir plusieurs composantes pluri tissulaires et se développer en quelques semaines, voire en quelques jours. Chez le nourrisson, on constate même l’arrêt spontané de la croissance de certaines tumeurs, comme les neuroblastomes (tumeurs malignes solides extra crâniennes).

 

Les différents types de cancers pédiatriques

Même s’il existe une multitude de cancers pédiatriques, certaines pathologies cancéreuses sont principalement déclenchées par les enfants et adolescents.

 

Quels cancers touchent les enfants de moins de 15 ans ?

D’après l’institut national du cancer, les enfants de moins de 15 ans sont touchés principalement par des :

  • leucémies (29 %),
  • tumeurs du système nerveux central (SNC) (25 %),
  • lymphomes (10 %).

Les statistiques révèlent même des pathologies prépondérantes selon les âges :

  • Avant 1 an : tumeurs du système nerveux sympathique, du système nerveux central et leucémies.
  • Entre 1 et 5 ans : leucémie et tumeurs du système nerveux central.
  • Après 5 ans : leucémies, tumeurs du système nerveux central et lymphomes .

À noter aussi que les neuroblastomes (tumeurs du système nerveux) et les néphroblastomes (tumeurs du rein) ne touchent quasiment que les enfants.

 

Quels cancers touchent principalement les adolescents ?

D’après l’Institut National du Cancer, les types histologiques des cancers survenant à l’adolescence à partir de 15 ans diffèrent de ceux de l’enfant. Ils sont plus touchés par des :

  • lymphomes (27 %, dont 85 % de maladies de Hodgkin)
  • tumeurs du système nerveux central (17 %)
  • leucémies (16 %)

 

Une différence de cancers entre les filles et les garçons ?

Toujours selon l’Institut National du Cancer, les garçons et les filles ne sont pas égaux face au cancer.

  • Chez les garçons, il y a plus de lymphomes (lymphomes de Burkitt), de médulloblastomes, de sarcomes des tissus mous et de tumeurs osseuses
  • Chez les filles, il y a plus de tumeurs germinales et épithéliales (mélanomes, carcinomes thyroïdiens)

 

La prise en charge des cancers pédiatriques

Dès l’annonce du diagnostic, les cancers pédiatriques doivent être pris en charge rapidement.

 

Comment reconnaître un cancer pédiatrique chez l’enfant ?

Les cancers pédiatriques ne sont pas facilement détectables. Des symptômes s’aggravant ou perdurant peuvent vous alerter comme l’irritabilité, la fatigue, la douleur ou la fièvre. Seules des analyses sanguines, des radiographies ou des tomodensitométries voire une intervention chirurgicale pour examiner la tumeur poseront le diagnostic définitif. L’accompagnement de votre médecin et des spécialistes sont indispensables pour aboutir à un diagnostic fiable.

 

Quels traitements pour les cancers pédiatriques ?

Aujourd’hui, il existe deux types de traitements :

  • Ceux réservés aux adultes et adaptés aux enfants, comme :
    • la chimiothérapie,
    • la chirurgie,
    • la radiothérapie.
  • Ceux spécifiques destinés uniquement aux cancers spécifiques des enfants et des protocoles comme l’immunothérapie

 

Et les effets secondaires ?

La radiothérapie ou la chimiothérapie ne sont pas sans effets secondaires même chez les enfants. On estime que trois quarts des jeunes patients vont subir les effets de ces lourds traitements toute leur vie, comme :

  • une récidive de cancer
  • des troubles de la croissance
  • des risques d’infertilité

À ce titre, des actions sont menées pour informer les jeunes confrontés à ce type de traitement. C’est le cas du CECOS (centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme humains) qui les accompagne autour des questions d’infertilité.

 

La lutte contre les cancers pédiatriques

Savez-vous que la France est l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le cancer ?

 

Pourquoi lutter contre les cancers pédiatriques ?

Les cancers pédiatriques restent des maladies rares. Très peu de médicaments spécifiques pour les enfants sont développés. D’après l’association enfants sans cancer, plus de 50% des médicaments ne sont même pas officiellement autorisés et testés chez l’enfant. En effet, la recherche est essentiellement axée sur les cancers des adultes, plus fréquents et plus généralistes.

Quelles luttes ?

La recherche académique et clinique est primordiale pour lutter contre les cancers pédiatriques afin de :

  • développer des médicaments et traitements dédiés aux enfants ;
  • travailler sur la cause via des programmes de génétique et d’immunologie ;
  • limiter les séquelles des traitements lourdes ;
  • améliorer la qualité de vie des enfants guéris.

 

Quelles actions contre le cancer ?

Dès 2014, plusieurs actions de recherche dédiées à l’oncopédiatrie ont été mises en place. Parmi elles, on compte :

 

Les aidants : prise en charge et soutien

Votre enfant est atteint d’un cancer ? Une fois passé le choc, vous êtes prêt à agir en tant qu’aidant. Il existe des dispositifs d’aides pour accompagner votre enfant et aussi des groupes de paroles et de partages. Une adresse à retenir : le portail d’information dédié aux parents et aux jeunes malades lancé par l’Institut national du cancer en lien avec les collectifs d’associations.

 

M comme Mutuelle s’engage pour les enfants. Partenaire de l’association “Tous contre le cancer”, nous sommes chaque année le Père Noël des enfants hospitalisés.


Sources : 

https://curie.fr/dossier-pedagogique/les-cancers-de-lenfant

https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/L-organisation-de-l-offre-de-soins/Cancerologie-pediatrique/Les-specificites-des-cancers-des-enfants-et-des-adolescents

https://www.enfantsanscancer.fr/le-cancer-des-enfants/

 

Agenda M comme Mutuelle

  • 2 décembre à Lille, Mangez et Bougez pour votre santé

    Pendant 1h30, découvrez comment préserver votre santé avec nos partenaires experts en diététique et activité physique adaptée. Rendez-vous dans votre agence de Lille - 118 Rue Nationale. Inscrivez-vous ici.     
  • 2 décembre, à Dunkerque, Mangez et Bougez pour votre santé !

    Pendant 1h30, découvrez comment préserver votre santé avec nos partenaires experts en diététique et activité physique adaptée.  Rendez-vous dans votre agence de Dunkerque - 5 Rue Clemenceau.  Inscrivez-vous ici. 
  • 1er décembre, à Saint-Omer, mangez et bougez pour votre santé !

    Pendant 1h30, découvrez comment préserver votre santé avec nos partenaires experts en diététique et activité physique adaptée.  Rendez-vous dans votre agence de Saint-Omer - 32 Rue des Clouteries.  Inscrivez-vous ici. 
  • 23 septembre 2022 – Balade en trike à Dunkerque

    Une heure de balade en trike pour découvrir Dunkerque. Encadrée par un moniteur cycliste, une promenade d’1 heure sur ce vélo à 3 roues vous permettra de découvrir les bienfaits d’une activité physique douce, bonne pour votre santé et pour la planète ! Inscrivez-vous ici. 
  • 22 septembre 2022 – Balade en trike à Lille

    Une heure de balade en trike pour découvrir Lille. Encadrée par un moniteur cycliste, une promenade d’1 heure sur ce vélo à 3 roues vous permettra de découvrir les bienfaits d’une activité physique douce, bonne pour votre santé et pour la planète ! Inscrivez-vous ici. 
  • 16 septembre 2022 – Balade en trike à Saint-Omer

    Une heure de balade en trike pour découvrir Saint-Omer.  Encadrée par un moniteur cycliste, une promenade d’1 heure sur ce vélo à 3 roues vous permettra de découvrir les bienfaits d’une activité physique douce, bonne pour votre santé et pour la planète ! Inscrivez-vous ici.   
  • Bilan de forme le 24 juin à Rouen

    Vendredi 24 juin 2022, venez tester votre niveau de forme !

    Votre agence M comme Mutuelle de Rouen vous invite à un bilan de forme encadré par un coach professionnel Eté indien® formé en activité physique adaptée.

    Au programme : en 45 minutes maximum, en groupe de 6 à 8 personnes, vous aurez 6 exercices à réaliser pour mesurer votre équilibre, endurance, force musculaire, force de préhension, souplesse…

    Vous avez entre 60 et 79 ans, Inscrivez-vous ici. 
  • Bilan de forme le 16 juin à Douai

    Jeudi 16 juin 2022, venez tester votre niveau de forme !

    Votre agence M comme Mutuelle de Douai vous invite à un bilan de forme encadré par un coach professionnel Eté indien® formé en activité physique adaptée.

    Au programme : en 45 minutes maximum, en groupe de 6 à 8 personnes, vous aurez 6 exercices à réaliser pour mesurer votre équilibre, endurance, force musculaire, force de préhension, souplesse…

    Vous avez entre 60 et 79 ans, Inscrivez-vous ici.   
  • Le 10 juin, dépistage auditif à Calais

    Vendredi 10 juin, prenez 15 minutes pour profiter d’un dépistage auditif gratuit dans votre agence M comme Mutuelle de Calais.

    89 Bd la Fayette, 62100 Calais

    Inscrivez-vous ici. 

     
  • Le 23 juin, webinaire – préservez votre santé mentale

    Jeudi 23 juin de 12h à 13h

    Un Français sur cinq a été, est ou sera concerné par un trouble psychique au cours de sa vie.

    Au programme :

    • La santé mentale, une composante essentielle de la santé
    • Les trois dimensions de la santé mentale
    • Quand le travail fait souffrir
    • Quelques idées reçues sur le mal-être au travail
    • Qui pour nous aider ?
    • Bien utiliser la e-santé et la téléconsultation
    Replay disponible pour les inscrits Inscrivez-vous en cliquant ici  
  • Le 21 juin, webinaire pour relever les défis visuels de notre vie numérique

    Mardi 21 juin de 12h à 13h

    Adoptez les bons gestes pour préserver votre santé visuelle et prenez conscience des défis visuels de notre vie numérique.

    Au programme :

    • Quels verres choisir ?
    • Palming : prendre soin de ses yeux.
    • Comment prévenir la fatigue visuelle ?

    En bonus : un outil de dépistage à faire chez vous offert

    Replay disponible pour les inscrits. Inscrivez-vous ici. 
  • Le 20 mai, une marche à Saint-Omer

    Réservez votre matinée ! Votre agence M comme Mutuelle de Saint-Omer vous invite à une marche-santé encadrée par un coach professionnel Eté indien® formé en activité physique adaptée. Au programme : à partir de l’agence, une marche d’1 heure ponctuée d’exercices, un parcours simple qui vous fera (re)découvrir les beaux sites de Saint-Omer, et une collation à votre retour à l’agence. Inscrivez-vous en cliquant ici