En finir avec le harcèlement à l’école : nos conseils et les contacts utiles

Harceler à l’école est un délit pénal. C’est la loi du 3 mars 2022 qui le stipule désormais. De l’école primaire au lycée, près de 40 % des élèves disent avoir été harcelé·e·s. Mais, en quoi consiste le harcèlement scolaire ? Comment savoir si mon enfant en est victime ? Par qui se faire aider ? Notre service Prévention  M comme Mutuelle vous répond.

Le harcèlement scolaire, c’est quoi ?

En milieu scolaire, le harcèlement touche plus de 40 % des élèves. Mais de quoi s’agit-il ?

 

Harcèlement scolaire : sa définition

Le harcèlement scolaire se caractérise par le fait qu’un élève, ou le plus souvent un groupe d’élèves, tourmente systématiquement l’un·e de ses camarades. Cela peut se traduire par le geste, la parole, voire les deux. Au début, c’est « pour rire ». Ensuite, l’intention de nuire apparaît et s’installe. Les humiliations et les brimades succèdent au ton moqueur.

Avec l’effet de répétition et du fait de son isolement, la victime devient anxieuse. Les résultats scolaires sont moins bons, voire dégringolent. C’est un signe avant-coureur. Par la suite, la dépression apparaît.

En France, ce phénomène touche de nombreux et de nombreuses jeunes. Selon l’étude IFOP de mars 2021, 41 % des élèves, de la primaire au lycée, déclarent avoir subi au moins un acte violent répété à l’école. 80 % des victimes ont été brimées durant plus de trois mois. 76 % d’entre elles ont subi un harcèlement de la part d’un groupe d’élèves.

Harcèlement à l’école : sa dynamique

Le phénomène de groupe est une caractéristique essentielle du harcèlement scolaire. Le public est indispensable au l’harceleur ou à la harceleuse qui se sent ainsi valorisé·e.

La difficulté pour les adultes de détecter le harcèlement à l’école est bien réelle : la plupart du temps, le harcèlement a lieu quand ils ne sont pas présents. Les harceleurs n’agissent pas dans la classe ou la salle de cours. Le diagnostic des 6 C, de l’association Marion la main tendue, propose aux établissements scolaires un état des lieux de :

  • La cour ;
  • La classe ;
  • La cantine ;
  • Les couloirs ;
  • Les chemins ;
  • Les commodités.

Les zones à risques sont alors identifiées et l’association fait ses préconisations à la suite du diagnostic.

Harcèlement en milieu scolaire : ses caractéristiques

Les caractéristiques suivantes définissent clairement le mode de fonctionnement du harcèlement :

  • La volonté délibérée de nuire de la part du harceleur ou de la harceleuse ;
  • La répétition des agressions ;
  • La recherche du rapport de domination ;
  • Le silence de la victime, d’un côté, et des membres du groupe qui harcèlent, de l’autre.

 

Le cyberharcèlement

Le harcèlement qui se déroule à l’école peut se poursuivre sur internet. Cela devient du cyberharcèlement.

Le cyberharcèlement est la forme numérique du harcèlement vécu à l’école. Il se distingue pourtant du harcèlement scolaire par les caractéristiques suivantes :

  • Une diffusion massive et instantanée de messages malveillants, le plus souvent via les réseaux sociaux, qui touchent une large cible ;
  • C’est, bien souvent, le prolongement d’un harcèlement à l’école. La victime se sent poursuivie jusqu’à son domicile ;
  • L’agresseur agit sous couvert de l’anonymat.

9 ans, c’est l’âge moyen auquel les enfants accèdent à internet. Puis, à l’entrée au collège, vers 11 ans, ils sont équipés d’un téléphone portable. C’est à ce moment essentiel de découverte des outils numériques que l’enfant doit être accompagné. Parents, équipes pédagogiques, les adultes ont un véritable rôle éducatif à jouer.

 

Les acteurs du harcèlement : votre enfant est-il victime, harceleur ou témoin ?

Pour stopper le harcèlement à l’école, la meilleure solution est celle de la libération de la parole, pour lutter contre la loi du silence et le déni.

Victime : Si votre enfant subit un harcèlement

Les victimes ne peuvent pas souvent se défendre face à leurs harceleurs. Ces derniers sont plus puissants en caractère et en nombre devant les autres. La victime a souvent le rôle de « bouc émissaire. Le bouc émissaire est la personne que l’on victimise que l’on rend responsable de toutes les fautes. Cette personne présente des différences selon le groupe (physiques, vestimentaires, religieuses, culturelles, …)

Les victimes dénoncent rarement leurs harceleurs par peur d’être davantage humiliées, par peur du jugement des autres. Avec la répétition des agressions, la victime subit un stress chronique.

Si vous pensez que votre enfant est victime de harcèlement à l’école, voici des signes précurseurs d’un grave mal-être :

  • Des résultats scolaires en baisse ;
  • La phobie scolaire ;
  • Le désengagement d’activités que l’enfant apprécie ;
  • La baisse ou la perte d’estime de soi ;
  • L’absentéisme.

En premier lieu, parlez avec votre enfant, rassurez-le. Tentez de comprendre la situation, en le laissant se confier. Dans un deuxième temps, contactez la direction de son établissement scolaire.

Des référents « harcèlement » sont mis en place sur tout le territoire, par l’Education Nationale. Ces référents ont pour rôle de vous accompagner afin de trouver la meilleure solution. Vous pouvez contacter votre académie, à un numéro de téléphone dédié.

Harceleur : si votre enfant harcèle

Les harceleurs se montrent souvent violents et/ou agressifs souvent. Dans certains cas, cela cache de la faiblesse, des peurs, un mal-être. Ils dissimulent leur vulnérabilité. Ils affirment leur pouvoir et leur puissance en humiliant une victime. Plus la situation dure dans le temps, plus la situation paraît “normale”, ils ne ressentent plus de l’empathie pour leurs victimes. Le silence des témoins valide ce sentiment de légitimité. Leur pouvoir apparent peut donner envie à leur entourage de s’associer à eux en prenant également le rôle du harceleur, ou en tout cas, de ne pas se positionner contre eux.

Si vous découvrez que votre enfant agresse régulièrement l’un ou l’une de ses camarades, il vous revient d’agir. D’abord, parlez-lui et essayez de comprendre ce qui l’a amené à se comporter de la sorte. Faites-le parler de ses ressentis et demandez-lui de faire preuve d’empathie en s’imaginant à la place de sa victime.

Nous vous conseillons toutefois de vous faire aider dans cette démarche. Demandez l’intervention de l’équipe pédagogique de son établissement. Avec le soutien d’un médiateur tel qu’un CPE, une personne de l’équipe de direction ou du service social, vous permettrez à votre enfant de prendre la mesure de ses actes.

Finalement, des sanctions seront peut-être nécessaires. Au final, l’objectif de la démarche est que l’enfant comprenne sa responsabilité et le rôle qu’il a pu jouer au sein d’un groupe.

Témoin : Si votre enfant est témoin de harcèlement scolaire

Les témoins des situations de harcèlement sont nombreux. Ce n’est pas évident pour eux d’adopter les bons gestes. C’est une situation délicate. Doivent-ils intervenir aux risques d’être victimes à leur tour ? Pour libérer la parole de votre enfant qui a été témoin de harcèlement scolaire, aidez-le à en parler :

  • Avec vous, en étant le plus précis possible ;
  • À l’établissement scolaire ;
  • Aux associations des parents d’élèves.

Le harcèlement se maintient car il est soutenu et encouragé par les témoins ou cautionné par leur silence. On peut distinguer 3 types de témoins :

–        Le témoin passif. Il ne participe pas directement aux violences, mais il ne s’y oppose pas ou fait semblant de les ignorer. Par peur de devenir victime à son tour, il préfère ne pas attirer vers lui l’attention de l’agresseur.

–        Le témoin actif. Il encourage les situations de harcèlement ou y participe. Colportant des rumeurs, s’associant aux moqueries ou à des actes de violence, il veut affirmer son statut et son appartenance au groupe.

–        Le témoin agissant. Il intervient seul ou en groupe en défendant la victime et/ou en faisant appel à un adulte.

À l’école, la personnalité de l’enfant et de l’adolescent se forge au contact de ses camarades. Ils sont en recherche de l’affirmation de soi, ils construisent leur propre identité. L’envie de rejoindre le collectif est très forte. Pour mieux s’identifier à leurs camarades, les élèves peuvent se laisser attirer par une dynamique de groupe qui peut parfois renforcer voire créer des situations de harcèlement.

 

Prévention du harcèlement scolaire

Au-delà du dispositif pHARe proposé par le gouvernement, la communication avec l’enfant ou la responsabilisation de l’élève dans la cadre scolaire sont d’autres moyens de prévenir efficacement le harcèlement et le cyberharcèlement en milieu scolaire.

Le programme pHARe

Le programme pHARe est mis en place par l’Éducation Nationale depuis 2021. Son but : prévenir le harcèlement à l’école et intervenir efficacement.

 

Le programme pHARe se forge autour de 8 piliers :

  • Mesurer le climat scolaire,
  • Prévenir les phénomènes de harcèlement,
  • Former une communauté protectrice de professionnels et de personnels pour les élèves,
  • Intervenir efficacement sur les situations de harcèlement,
  • Associer les parents et les partenaires et communiquer sur le programme,
  • Mobiliser les instances de démocratie scolaire (CVC, CVL) et le comité d’éducation à la santé, à la citoyenneté et à l’environnement,
  • Suivre l’impact de ces actions,
  • Mettre à disposition une plateforme dédiée aux ressources.

 

En pratique :

  • Tous les établissements doivent se doter d’ambassadeurs « non au harcèlement ».
  • Dans tous les établissements, les comités d’éducation à la santé, la citoyenneté et l’environnement sont mobilisés sur la question de la prévention du harcèlement, afin de dresser un état des lieux propre à chacun et de déterminer un plan d’action.
  • Les instances de démocratie scolaire – conseils de vie collégienne, conseils de vie lycéenne – sont également, partout, invitées à s’emparer du sujet.
  • Les écoles et établissements doivent constituer une équipe pluri-catégorielle, qui sera formée à la prise en charge spécifique du harcèlement, et des modules en ligne seront mis à disposition des élèves.
  • Les parents sont associés à cette démarche à travers des ateliers.

À noter : la Journée internationale contre la violence et le harcèlement à l’école se déroule désormais en novembre, depuis 2020. Elle concerne aussi la cause du cyberharcèlement.

 

Parler avec son enfant quel que soit son rôle dans le harcèlement

Aborder les notions de harcèlement et cyberharcèlement est important dans le développement de votre enfant. Au quotidien, vous pouvez l’aider à développer son empathie, sa compassion, sa force de décision et son avis critique.

Votre enfant peut être victime, mais aussi témoin ou harceleur. S’il ne veut pas en parler avec vous, donnez-lui les contacts à qui il peut s’adresser. Si votre enfant se confie, ne tentez pas de gérer vous-même le problème, ni de contacter l’auteur des faits : cela pourrait aggraver la situation. Vous pouvez prendre rendez-vous avec l’école, ou appeler le numéro 3020 ou le 3018.

 

Les élèves : ambassadeurs du harcèlement.

La réussite de la lutte contre le harcèlement repose également sur l’engagement même des élèves. Aujourd’hui, la France compte 22 900 ambassadeurs collégiens contre 10 000 ambassadeurs en 2020, formés au repérage des situations de harcèlement, capables d’agir en lanceur d’alertes et éviter ainsi de laisser les élèves victimes isolés. Ils jouent également le rôle de relais avec les élus au CVC ou CVL (Conseil de la vie collégienne et lycéenne) ou avec les adultes.

Leur mission : sensibiliser leurs camarades lors de journées dédiées à la lutte contre le harcèlement.

Leurs actions :

  • Ils repèrent les situations de harcèlement,
  • ils discutent avec les victimes, et leur apportent de l’écoute.
  • Ils tentent de les convaincre d’en parler.

Impliquer les élèves dans le harcèlement entre pairs est déterminant. Cette sensibilisation par les élèves a pour but d’initier un processus de réflexion avec des témoins potentiels et d’éviter le risque de rejet par certains camarades.

 

Pour stopper le harcèlement scolaire, des contacts utiles

Retrouvez ci-dessous tous les contacts utiles qui peuvent vous aider dans la lutte contre le harcèlement scolaire.

Les contacts scolaires pour les élèves

Les élèves peuvent s’adresser à leurs parents, mais aussi à un CPE, à leur professeur principal ou alors leur chef de l’établissement.

Les contacts pour les parents

●        Le 3020 : un numéro d’écoute et de prise en charge au service des familles et des victimes.

Appelez le n° vert « Non au harcèlement » : 3020
Gratuit, anonyme et confidentiel,

Du lundi au vendredi de 9 h à 20 h,

Le samedi de 9 h à 18 h.

●        Le 3018 : un numéro dédié au cyberharcèlement

Si le harcèlement a lieu sur internet, n° vert « Net écoute » : 3018
Gratuit, anonyme et confidentiel,Du lundi au vendredi de 9 h à 19 h.

Vous pouvez aussi télécharger l’application 3018. Elle vous permettra de connaître la situation de votre enfant.

https://apps.apple.com/us/app/3018/id1602242493

https://play.google.com/store/apps/details?id=org.eenfance.android.app3018

●        Un groupe de parole

Discutez avec les groupes de parole de l’association Marion la main tendue, sur place, à Paris, ou en visioconférence.

Agenda M comme Mutuelle

  • 23 septembre 2022 – Balade en trike à Dunkerque

    Une heure de balade en trike pour découvrir Dunkerque. Encadrée par un moniteur cycliste, une promenade d’1 heure sur ce vélo à 3 roues vous permettra de découvrir les bienfaits d’une activité physique douce, bonne pour votre santé et pour la planète ! Inscrivez-vous ici. 
  • 22 septembre 2022 – Balade en trike à Lille

    Une heure de balade en trike pour découvrir Lille. Encadrée par un moniteur cycliste, une promenade d’1 heure sur ce vélo à 3 roues vous permettra de découvrir les bienfaits d’une activité physique douce, bonne pour votre santé et pour la planète ! Inscrivez-vous ici. 
  • 16 septembre 2022 – Balade en trike à Saint-Omer

    Une heure de balade en trike pour découvrir Saint-Omer.  Encadrée par un moniteur cycliste, une promenade d’1 heure sur ce vélo à 3 roues vous permettra de découvrir les bienfaits d’une activité physique douce, bonne pour votre santé et pour la planète ! Inscrivez-vous ici.   
  • Bilan de forme le 24 juin à Rouen

    Vendredi 24 juin 2022, venez tester votre niveau de forme !

    Votre agence M comme Mutuelle de Rouen vous invite à un bilan de forme encadré par un coach professionnel Eté indien® formé en activité physique adaptée.

    Au programme : en 45 minutes maximum, en groupe de 6 à 8 personnes, vous aurez 6 exercices à réaliser pour mesurer votre équilibre, endurance, force musculaire, force de préhension, souplesse…

    Vous avez entre 60 et 79 ans, Inscrivez-vous ici. 
  • Bilan de forme le 16 juin à Douai

    Jeudi 16 juin 2022, venez tester votre niveau de forme !

    Votre agence M comme Mutuelle de Douai vous invite à un bilan de forme encadré par un coach professionnel Eté indien® formé en activité physique adaptée.

    Au programme : en 45 minutes maximum, en groupe de 6 à 8 personnes, vous aurez 6 exercices à réaliser pour mesurer votre équilibre, endurance, force musculaire, force de préhension, souplesse…

    Vous avez entre 60 et 79 ans, Inscrivez-vous ici.   
  • Le 10 juin, dépistage auditif à Calais

    Vendredi 10 juin, prenez 15 minutes pour profiter d’un dépistage auditif gratuit dans votre agence M comme Mutuelle de Calais.

    89 Bd la Fayette, 62100 Calais

    Inscrivez-vous ici. 

     
  • Le 23 juin, webinaire – préservez votre santé mentale

    Jeudi 23 juin de 12h à 13h

    Un Français sur cinq a été, est ou sera concerné par un trouble psychique au cours de sa vie.

    Au programme :

    • La santé mentale, une composante essentielle de la santé
    • Les trois dimensions de la santé mentale
    • Quand le travail fait souffrir
    • Quelques idées reçues sur le mal-être au travail
    • Qui pour nous aider ?
    • Bien utiliser la e-santé et la téléconsultation
    Replay disponible pour les inscrits Inscrivez-vous en cliquant ici  
  • Le 21 juin, webinaire pour relever les défis visuels de notre vie numérique

    Mardi 21 juin de 12h à 13h

    Adoptez les bons gestes pour préserver votre santé visuelle et prenez conscience des défis visuels de notre vie numérique.

    Au programme :

    • Quels verres choisir ?
    • Palming : prendre soin de ses yeux.
    • Comment prévenir la fatigue visuelle ?

    En bonus : un outil de dépistage à faire chez vous offert

    Replay disponible pour les inscrits. Inscrivez-vous ici. 
  • Le 20 mai, une marche à Saint-Omer

    Réservez votre matinée ! Votre agence M comme Mutuelle de Saint-Omer vous invite à une marche-santé encadrée par un coach professionnel Eté indien® formé en activité physique adaptée. Au programme : à partir de l’agence, une marche d’1 heure ponctuée d’exercices, un parcours simple qui vous fera (re)découvrir les beaux sites de Saint-Omer, et une collation à votre retour à l’agence. Inscrivez-vous en cliquant ici